Couverture live

Les points clés du 12è rapport annuel du CESE

Actualités
mardi 28 novembre 2023
16:21
Écoutez l'article
Les points clés du 12è rapport annuel du CESE
Medi1news+MAP
Écoutez l'article

Le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) vient de dévoiler son 12ème rapport annuel qui met en avant des points de vigilance sur la persistance de l'inflation des produits alimentaires, la faible activité de la Femme, la performance des investissements et le déficit en personnel médical. En voici les principales recommandations :

1- La persistance de l’inflation des produits alimentaires :

- Renforcer le contrôle des pratiques anticoncurrentielles, en imposant des mesures à même d’atténuer l’accumulation de marges excessives.

- Subventionner les intrants agricoles, notamment les semences, les produits phytosanitaires et les aliments de bétail, pour lutter contre l’inflation des produits alimentaires.

- Accélérer la réforme des marchés de gros en adoptant un dispositif ouvert à la concurrence.

- Accélérer la publication des textes d’application de la loi 37-21 qui ouvre la possibilité de la commercialisation directe des produits agricoles issus des projets d’agrégation.

- Mettre en place les aides directes aux ménages défavorisés, ainsi que l’étude de la faisabilité d’une réduction exceptionnelle de la TVA sur les produits de première nécessité.

2- La nécessité de promouvoir la qualité et l'efficacité de l'investissement :

- Garantir un suivi rigoureux de la mise en œuvre des actions prévues, jusqu'au niveau territorial le plus fin.

- Assurer une cohérence et une synergie entre les objectifs et dispositifs de la Charte et ceux du Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

- Impliquer davantage les représentants des TPME et entrepreneurs individuels dans la formulation et la mise à jour des politiques et mécanismes de promotion de l’investissement.

- Prévoir des mécanismes d’appui dédiés au niveau de la charte et du Fonds Mohammed VI pour l’incitation à la structuration et organisation des unités informelles.

- Réviser le décret d’application de la Charte de l’investissement en y intégrant une prime favorisant le recrutement d'un quota de jeunes talents.

- Equiper les centres régionaux d’investissement (CRI) de ressources humaines, logistiques et financières suffisantes pour leur permettre d’accomplir efficacement leur rôle.

- Réduire davantage les coûts de l'investissement et de la production dans les secteurs ciblés.

- Œuvrer pour une application effective et rigoureuse des règles de la concurrence et accélérer le processus de généralisation de la digitalisation des procédures.


3- L’autonomisation économique des femmes marocaines :

- Alléger les responsabilités pesant sur les femmes en termes de charges familiales.

- Instaurer un revenu minimal ou des sources de financement adaptées à la situation des femmes au foyer.

- Préserver les droits économiques des femmes et leur protection contre toutes discriminations.

- Réduire les écarts de salaires hommes-femmes dans le secteur privé.

- Lutter contre les pratiques discriminatoires de promotion de carrière ;

- Renforcer la qualité des transports publics dans le but de sécuriser le trajet des femmes vers leur lieu du travail.

- Faciliter l’accès des femmes au financement de leurs activités et à leur accès au foncier.

- Promouvoir et valoriser l’entrepreneuriat des femmes au Maroc.



4- Le dessalement de l’eau de mer et le stress hydrique :

- Développer un plan national de sécheresse, sur la base d'un système d’alerte précoce, compilant des données agrométéorologiques et hydrologiques en temps réel.

- Mise en place un mécanisme institutionnel d'arbitrage et de coordination en période de sécheresse.

- Envisager la création d’un organe indépendant, qui serait chargé, dans une logique de gestion intégrée des ressources hydriques.

- Accélérer le programme de mobilisation des eaux non-conventionnelles et particulier par le renforcement des capacités des collectivités territoriales en matière de collecte et de traitement des eaux usées.



5- Pénurie des professionnels de la santé au Maroc :

- Renforcer les opportunités de rotation et de mobilité des professionnels de santé dans les territoires sous-dotés

- Instaurer un système d'augmentation progressive et systématique des salaires des professionnels de santé, combinée à une rémunération axée sur la performance pour optimiser leur maintien au Maroc.

- Renforcer les capacités et compétences des professionnels déjà en exercice, à travers la création de passerelles entre les métiers pour offrir des possibilités d'évolution professionnelle.

- Élargir le système d'équivalence entre les diplômes d'État et les certificats délivrés par les écoles privées, en particulier pour les infirmiers