Couverture live

WRC en Nouvelle-Zélande : le weekend de tous les défis pour Kalle Rovanperä

Sport
mercredi 28 septembre 2022
15:33
Écoutez l'article
WRC en Nouvelle-Zélande : le weekend de tous les défis pour Kalle Rovanperä
Medi1News + MAP
Écoutez l'article

Après deux tentatives ratées en Belgique et en Grèce, Kalle Rovanperä, leader du Championnat du monde WRC, tentera de conquérir son premier titre mondial au Rallye de Nouvelle-Zélande ce week-end, mais devra se méfier des Hyundai, en forme pour retarder son sacre.

Le jeune Finlandais, qui fêtera samedi ses 22 ans, espérera en terres néo-zélandaises célébrer, dimanche, son premier titre de champion du monde, pulvérisant le record de précocité du Britannique Colin McRae, actuellement le plus jeune champion, couronné en 1995 à 27 ans.

La Nouvelle-Zélande sera, toutefois, une plongée dans l'inconnu pour le Nordique, qui, contrairement à certains de ses rivaux, n'a encore jamais disputé ce rallye, de retour au calendrier cette année après dix ans d'absence.

Pour se préparer, explique-t-il, "nous avons regardé toutes les vidéos possibles pour avoir un aperçu de la façon dont se déroulent les spéciales et pour comprendre ce dont nous pourrions avoir besoin".

Il sera, en effet, essentiel pour Rovanperä de comprendre pour anticiper au mieux l'épreuve, après ses déboires en Belgique en août, où il est sorti de route au rallye d'Ypres, puis en Grèce trois semaines plus tard, où il a subi des dégâts sur sa voiture.

A l'époque, il pouvait mathématiquement déjà être sacré champion du monde, mais ces déconvenues l'avaient à chaque fois fait perdre un temps précieux... et du terrain sur ses rivaux.

Vainqueur de cinq victoires en rallye sur dix manches disputées en 2022, Rovanperä (207 points) arrive en Nouvelle-Zélande avec 53 points d'avance sur Ott Tänak (Hyundai - 154 points).

Contrairement à son jeune rival, qui n'avait que onze ans quand la dernière manche néo-zélandaise a été parcourue par le WRC, Tänak, 34 ans, ne court pas vers l'inconnu.

"J'ai participé au Rallye de Nouvelle-Zélande il y a dix ans et j'en ai de bons souvenirs, donc j'ai hâte d'y retourner", a-t-il expliqué.

Pour être titré dimanche, Rovanperä doit prendre huit points supplémentaires à Tänak à l'issue de la manche. Et s'il venait à s'imposer en remportant la Power Stage (spéciale qui vaut cinq points bonus au championnat), le Finlandais serait titré quoi qu'il arrive.

Derrière, le Belge Thierry Neuville (Hyundai) est encore mathématiquement en lice mais avec 131 points - soit 76 points de moins que Rovanperä - ses chances pour rattraper la concurrence sont minces, sachant qu'il reste 90 points à distribuer.

Le Finlandais sait toutefois qu'il aura fort à faire face aux Hyundai victorieuses sur les trois derniers rallyes de la saison - d'abord avec Tänak, vainqueur en Finlande et en Belgique, mais aussi avec Neuville, victorieux en Grèce, devant Tänak et l'Espagnol Dani Sordo, offrant d'ailleurs un triplé inédit à l'équipe sud-coréenne.

Chez Toyota, outre Rovanperä, l'équipe japonaise basée en Finlande verra le retour de l'octuple champion du monde des rallyes, le Français Sébastien Ogier, qui ne court que quelques épreuves cette saison.

S'il n'a plus roulé en WRC depuis le Rallye Safari, au Kenya, où il a pris la 4e place fin juin, Ogier ne lâchera plus le volant de sa Toyota jusqu'à la fin de la saison. Il est attendu sur les deux dernières manches disputées en Espagne (20-23 octobre) et au Japon (10-13 novembre).

WRC en Nouvelle-Zélande
Rallye de Nouvelle-Zélande
Championnat du monde WRC