Couverture live

Burkina-Faso France : le ton monte

Actualités
vendredi 22 juillet 2022
13:46
Écoutez l'article
Burkina-Faso France : le ton monte
Medi1News + MAP
Écoutez l'article

Le gouvernement burkinabè a appelé l'ambassadeur de France en poste à Ouagadougou, Luc Hallade, à plus d'objectivité et de retenue et lui a signifié qu'une note de protestation lui sera transmise après des propos tenus le 5 juillet sur la situation sécuritaire au Burkina, a indiqué, jeudi soir, le ministère burkinabè des Affaires étrangères dans un communiqué.

Lors d'une audition du groupe d’amitié France - Afrique de l’Ouest, le 5 juillet courant, le diplomate français a qualifié la situation sécuritaire au Burkina Faso de guerre civile et a minimisé les efforts des Forces de défense et de sécurité burkinabè dans la lutte contre le terrorisme.

"Ces déclarations sont inacceptables selon le ministère des Affaires étrangères du Burkina Faso qui a indiqué à l’ambassadeur que le terrorisme est un problème complexe et sous régional et il ne peut être réduit en ces termes : une partie de la population se rebelle contre l’État et cherche à le renverser", ajoute le communiqué publié à l'issue d'une rencontre avec le diplomate français.

Le communiqué souligne que le Burkina Faso "ne s'accommode donc pas de cette analyse erronée et empreinte de jugements de valeurs sur la situation sécuritaire".

"Luc Hallade en réponse a reconnu que c’est une faute de sa part, il conçoit que ses propos puissent heurter les sensibilités et dit regretter sincèrement", a relevé le communiqué.

"Pour la suite de la collaboration entre les deux pays, le ministère burkinabè des Affaires étrangères a invité l’ambassadeur de France à plus d’objectivité et de retenue, il lui a également signifié qu’une note de protestation lui sera transmise", a conclu le communiqué.

Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences, attribuées à des mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe terroriste Etat islamique, qui ont fait des milliers de morts et 1,9 million de déplacés. Plus de 40% du territoire est hors du contrôle de l'Etat, selon des chiffres officiels.

Ambassadeur de France à Ouagadougou
Gouvernement burkinabè