Couverture live

FAD : 45 milliards de dollars d'investissements dans 40 pays africains

Actualités
mercredi 25 mai 2022
16:19
Écoutez l'article
FAD : 45 milliards de dollars d'investissements dans 40 pays africains
Medi1news+MAP
Écoutez l'article

Depuis sa création, le Fonds africain de développement (FAD), le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), a investi 45 milliards de dollars sur l'ensemble du continent.

Le Fonds, qui célèbre ses 50 ans d'existence lors des 57e assemblées annuelles de la BAD qui se tiennent à Accra, a contribué à mettre en œuvre environ 2.800 projets dans 40 pays africains dans divers secteurs, notamment les infrastructures, le genre, le changement climatique, la gouvernance, le développement du secteur privé et la résilience.

Le Fonds, qui fournit aux pays africains à faible revenu, y compris ceux en situation de fragilité, des financements catalytiques sous forme de prêts concessionnels, de dons et de garanties, fait ainsi une différence dans la vie de millions de personnes.

Leader parmi ses pairs, le FAD a été classé au deuxième rang mondial parmi 49 agences internationales pour la qualité de son aide au développement par le Center for Global Development.

Aujourd'hui, le FAD contribue à la promotion du développement économique et social dans plusieurs pays africains les moins développés, en fournissant des financements concessionnels pour des projets et des programmes, ainsi qu'une assistance technique pour des études et des activités de renforcement des capacités.

Selon le président de la BAD, Akinwumi Adesina, rien qu'au cours des cinq dernières années, le Fonds a aidé à connecter 15,5 millions de personnes à l’électricité et 74 millions d’Africains à améliorer leur agriculture.

Outre la construction ou la réhabilitation de 8.700 km de routes, le Fonds a permis à 50 millions de personnes d’avoir accès au transport et à 42 millions d’accéder à une eau et à un assainissement de meilleure qualité.

Présent durant les crises, le Fonds a aidé ses pays bénéficiaires à traverser la crise financière mondiale de 2008-2009, l’épidémie d’Ébola de 2014 en Afrique de l’Ouest, ainsi que des sécheresses, inondations et d’autres catastrophes naturelles plus fréquentes et plus intenses.

Durant la période de la pandémie de Covid-19, le Fonds a démontré sa capacité à réagir rapidement et à grande échelle, en redéfinissant la priorité de ses opérations et en mettant en place des programmes flexibles et ciblés pour atténuer les impacts de la pandémie par le biais de la Facilité de réponse rapide au Covid-19.

Pour faire face aux causes profondes des conflits, le Fonds investit dans le développement d’une compréhension profonde des origines des conflits et de la fragilité à travers l’Afrique et intègre, désormais, des objectifs de résilience dans l’ensemble de son portefeuille.

Les pays bénéficiaires du Fonds africain de développement continuent de subir les effets les plus dévastateurs du Covid-19, de l’augmentation de la dette et du changement climatique qui aggravent souvent les fragilités sous-jacentes.

Dans la perspective d’une crise alimentaire due au conflit Russie-Ukraine, le FAD continuera de jouer un rôle fondamental dans la vie des populations de ces pays.

Ces 57è assemblées, qui marquent un retour aux réunions en présentiel après les rencontres virtuelles des deux dernières années, se veulent une occasion de discuter des moyens de faciliter la transition énergétique de l’Afrique dans un contexte marqué par des changements climatiques, dont les répercussions sont déjà remarquables sur les pays du continent.

Placées sous le thème "Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique", ces assemblées visent à discuter des moyens d’aider les pays africains à s’adapter aux changements climatiques, à travers notamment la mobilisation de ressources nécessaires.

 

Fond Africain de développement
Afrique

   Autres Articles