Couverture live

Variole du singe: au moins 13 cas en cours d’examen à Montréal

Actualités
jeudi 19 mai 2022
12:26
Écoutez l'article
Variole du singe: au moins 13 cas en cours d’examen à Montréal
Medi1News + MAP
Écoutez l'article

La santé publique de Montréal a confirmé jeudi, que plusieurs cas de variole du singe, une maladie virale qui se manifeste généralement par de la fièvre, des maux de tête ou de dos, des douleurs musculaires, des ganglions lymphatiques enflés et des éruptions cutanées similaires à celles provoquées par la varicelle, sont à l'étude dans la métropole.

Endémique en Afrique de l’Ouest, cette maladie est plutôt rare en Europe et en Amérique du Nord. Elle se transmet généralement au contact d’animaux infectés, mais elle peut aussi être propagée par les humains. Aucun traitement n'existe, mais elle se guérit généralement d'elle-même.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le premier cas de variole du singe détecté en dehors de l'Afrique a été confirmé par les autorités britanniques le 6 mai. La personne infectée revenait d'un voyage au Nigeria.

Depuis, le Royaume-Uni a recensé huit autres cas, tous contaminés à l'intérieur du pays, ce qui fait craindre aux autorités une transmission communautaire du virus.

La variole du singe semble se propager, constate la Dre Angela Rasmussen, virologue et chercheuse à l'Université de la Saskatchewan.

"Cela signifie ou bien qu'il s'agit d'une variante plus transmissible [de la maladie] que toutes celles que nous avons vues auparavant, ou bien qu'il existe des comportements associés à une transmission accrue", dit-elle.

Mercredi, un premier cas a également été détecté aux États-Unis par le département de la Santé publique du Massachusetts, qui a indiqué que l'homme en question avait récemment voyagé au Canada. Le site web spécialisé en santé STAT News a par la suite précisé qu'il s'était rendu au Québec.

La variole du singe est généralement bénigne. Il existe deux souches principales : la souche du Congo, qui est plus grave – jusqu'à 10 % de mortalité –, et la souche ouest-africaine, dont le taux de létalité est d'environ 1 %.

La variole du singe a été détectée pour la première fois dans les années 1950 lorsque deux épidémies se sont produites dans des colonies de singes utilisés à des fins de recherche. Le premier cas humain a été signalé en 1970 en République démocratique du Congo.

Cette maladie est souvent assimilée à une forme plus bénigne de variole, aussi appelée petite vérole, une maladie déclarée éradiquée en 1980, notamment grâce à une campagne de vaccination internationale pilotée par l'OMS.

Le vaccin contre la variole est également efficace contre la variole du singe, mais les programmes de vaccination systématique ont pris fin au Canada au début des années 1970, ce qui a laissé les Canadiens de moins de 50 ans vulnérables à l'infection.

Variole du singe
Canada
Santé

   Autres Articles